les 5 commandements pour ne pas tomber malade en voyage

22 Août 2019 | Des conseils pour voyager dans l'océan indien

Ça y est, vous allez réaliser votre rêve de partir en voyage dans une des îles exotiques de l’océan indien. Mais avant de partir, je vous invite à lire et à suivre ces 5 commandements qui devraient vous aider à éviter de tomber malade. Il n’y a rien de plus déprimant que d’être cloué au lit à cause d’une tourista ou d’une vilaine fièvre. J’en ai moi même fait l’amer expérience.

l’eau du robinet tu ne boiras pas

Le premier des commandements pour éviter de tomber malade en voyage, c’est d’exclure totalement l’eau du robinet. Dans de nombreux pays de l’océan indien, vous n’avez aucune garantie sur la qualité de l’eau. Dans certains pays, boire l’eau du robinet peut rendre gravement malade voire tuer si celle-ci n’est pas traitée. Je vous recommande vivement de consommer uniquement les bouteilles d’eau que vous trouverez dans les commerces, c’est beaucoup plus sûr. Et si vraiment vous n’avez aucune autre possibilité que de boire l’eau du robinet, faites la bouillir pour la rendre potable. Cette astuce de grand-mère, qu’on a tendance à oublier, permet de détruire les bactéries et les microbes.

 

te laver les mains régulièrement tu feras

Exclure la consommation de l’eau du robinet n’est pas suffisante pour échapper à des problèmes gastriques. Se laver les mains régulièrement est également une opération plus qu’utile. Il est vrai que dans les sociétés ultra aseptisées dans lesquelles nous vivons, cette petite règle apprise depuis l’école maternelle n’est pas toujours respectée. Or, dans un pays où l’hygiène n’est pas une priorité, oublier de se laver régulièrement les mains revient à faciliter l’entrée de choses pas très nettes par la bouche. C’est là, malheureusement, que vous incubez ces fameux microbes qui vont vous donner la fameuse diarrhée du voyageur, appelée tourista. Il s’agit d’une gastro-entérite aiguë qui se manifeste par une diarrhée associée à des symptômes tels que fatigue, douleurs et crampes abdominales, nausées, vomissements ou malaises. Ayant moi-même fait plusieurs fois la désagréable expérience, je vous invite vivement à ces quelques efforts d’hygiènes qui, je peux vous l’assurez, ne seront pas de trop.

 

avec prudence tu mangeras

Quand j’ai la chance de partir en voyage, une de mes activités préférées est de découvrir la gastronomie locale. J’adore essayer des plats exotiques, des choses que je ne découvrirai nulle part. Et pourtant, il faut être prudent avec la nourriture locale. En effet, nos estomacs d’occidentaux ne sont pas suffisamment solide, pour supporter certains mets locaux ou pour contrer les bactéries. Pour éviter tout problème, il vous faudra adopter une attitude prudente sans non plus se priver. Être prudent signifie faire attention aux petits restaurants de rue, dont on est pas certains de l’hygiène. Attention à la nourriture crue, là je pense notamment aux légumes qui peuvent contenir quelques microbes, ou qui ont pu être lavés dans de l’eau sale. Et enfin, attention aux fritures, ou aux produits qui ont l’air un peu trop huileux. Certains vendeurs, pour des raisons d’économie, vont utiliser la même huile à plusieurs reprises, ce qui n’est jamais très bon pour l’estomac.

du moustique tu t’en méfieras

Quand vous vous rendez sous les tropiques, le moustique est un insecte gênant en raison de leur piqûre. Certaines espèces sont même dangereuses, car vectrices de virus comme la dengue, la fièvre jaune, le zika ou le chikungunya.  Toutefois, vous ne pourrez pas faire autrement que de cohabiter avec lui. En adoptant certains principes simples, vous pourrez parfaitement passer vos vacances en toute tranquillité. Tout d’abord, exposez le moins possible votre peau, en mettant des vêtements amples qui recouvriront bien votre corps. Autre astuce, ceux-ci doivent être clairs, car le moustique a tendance à être attiré par les habilles sombres. L’utilisation d’un ventilateur près de vous peut être efficace. Le moustique n’a pas la capacité de lutter contre le flux d’air. Attention en fin de journée, c’est là qu’ils sont les plus actifs. Pour dormir, recouvrez votre lit d’un moustiquaire. Quant aux répulsifs, ils sont surtout incommodants et puissants. Utilisez-en dans les cas extrêmes, c’est-à-dire dans les lieux où les moustiques sont très nombreux et présentant un risque de transmission de maladie très élevé.

des médicaments tu emmeneras

Pour finir, n’oubliez pas de vous constituer une petite pharmacie personnelle avant de partir. Cela peut vous être utile en cas de fièvre, de maux de tête, de tourista, ou si vous avez un problème de maladie chronique comme l’asthme par exemple. N’oubliez pas vos médicaments si vous suivez un traitement. Pensez également au traitment contre les allergies, ça peut toujours servir. En cas de gastro-entérite aiguë, un traitement contre les problèmes d’hémorroïde ne sera pas de trop. Pensez également à consulter votre médecin, et vérifiez que vous disposez d’une carte de groupe sanguin et d’un carnet de vaccinations international pour les destinations hors Union Européenne.

Ci-dessous,  une liste de médicaments ou produits  proposée par ameli.fr :

  • un désinfectant hydro-alcoolique (à base d’eau et d’alcool) pour se désinfecter les mains à utiliser en l’absence d’eau et de savon ;
  • des compresses stériles et du sparadrap ou des pansements stériles ;
  • des compresses hémostatiques pour faciliter l’arrêt des saignements en cas de coupure ;
  • une crème pour apaiser vos coups de soleil éventuels, en complément de votre crème solaire à indice de protection élevé (IP 50+) ;
  • des pansements gras (ou « interface »), pour les brûlures et les plaies cutanéessuintantes ;
  • des bandelettes adhésives (favorisant une bonne cicatrisation des coupures) ;
  • une bande de contention (pour traiter une entorse ou tenir un pansement) et une épingle de sûreté (épingle à nourrice) pour l’attacher ;
  • une pince à épiler (pour enlever les échardes) ;
  • un tire-tiques (pour retirer les tiques) ;
  • une paire de ciseaux ;
  • un thermomètre ;
  • si vous voyagez en avion et/ou si vous avez un terrain prédisposant au risque de phlébite, des bas ou chaussettes de contention ;
  • des préservatifs de norme NF (pour prévenir les infections sexuellement transmissiblesou « IST »).

et si malgré tout ça…

De mes quelques voyages réalisés, notamment à Madagascar, j’en ai ressorti ces quelques conseils que je vous invite vraiment à suivre. Toutefois, en dépit de toutes les précautions du monde, il peut arriver que l’on tombe malade malgré tout. Dans ces moments là, pensez à bien vous reposer et à consulter un médecin si les symptômes sont très gênants ou persistants. 

COMMENTE ET PARTAGE

N’hésite pas à commenter ou à partager ta propre expérience. Si tu veux en faire profiter tes amis, je t’encourage à partager mon article.

La Newsletter 100% océan indien

Inscris-toi à la newsletter pour être prévenu dès la plublication d’un nouvel article. C’est 100% gratuit et 0% SPAM 😉

PATRICK – VOYAGEOI

Hello, je m’appelle Patrick, je suis l’auteur de ce blog. Viens, je t’emmene chez moi dans l’océan indien, sans bouger de chez toi et sans dépenser des sommes faramineuses. Pour cela, tu n’as besoin que de ton ordinateur ou de ton smartphone 😉